Intuition, définition et pourquoi est-elle importante ?

  NEWS

L’intuition, c’est cette sensation au plus profond de vous, lorsque vous savez instinctivement que quelque chose que vous faites est bien ou mal. Ou encore ce moment où vous percevez de la bonté ou de la peur dans le visage d’une personne. Vous ne savez pas pourquoi vous ressentez cela ; c’est juste une intuition. Mais de quoi s’agit-il ? Après tout, les chercheurs ne peuvent pas le voir dans le cerveau. Dans cet article, nous examinons les processus rapides comme l’éclair, pour la plupart cachés, impliqués dans l’intuition, leur effet sur la prise de décision et leur rôle dans la créativité.

intuition qu'est ce que c'est?

Qu'est-ce que l'intuition ? 4 exemples concrets

L’intuition n’est pas logique. En effet, elle n’est pas le résultat d’un ensemble d’étapes réfléchies qui peuvent être partagées ou expliquées. Au contraire, bien que fondé sur des connaissances profondes, le processus semble naturel, presque instinctif.

Et pourtant, si l’intuition est rapide et généralement bénéfique, elle n’est pas toujours entièrement exacte. En fait, le cerveau subconscient tente de reconnaître, de traiter et d’utiliser des schémas de pensée basés sur des expériences antérieures et une meilleure estimation.

Paradoxalement, l’intuition semble inconnaissable. En effet, vous ne pouvez pas expliquer le raisonnement qui se cache derrière une décision prise à l’improviste et qui sort de nulle part.

Et cela se produit tout simplement.

A noter que si l’intuition est présente dans votre vie quotidienne, elle est parfois plus apparente dans les décisions des experts. Le spécialiste s’appuie sur des années d’expérience, conservées dans des cadres inconscients, pour prendre des décisions rapides et de qualité. 

En fait, c’est un peu de la voyance.

1. Dentisterie

Les chercheurs en soins de santé ont constaté que les dentistes expérimentés s’appuient souvent sur l’intuition pour prendre des décisions complexes et limitées dans le temps. Et ce, basés sur de nombreuses années de connaissances profondément emmagasinées. Ainsi les choix sont faits rapidement et sont souvent supérieurs à ceux qui s’appuient sur des preuves claires et une pensée rationnelle.

2. Les affaires

En effet, il est peut-être surprenant de constater qu’un grand nombre des hommes d’affaires les plus influents du monde admettent prendre des décisions basées sur l’intuition plutôt que sur une réflexion logique et délibérée.

D’ailleurs, sur un échantillon de 36 PDG, 85 % ont confirmé que l’intuition – sous la forme de règles du pouce (ROT) – était au cœur de leur processus décisionnel.

La liste suivante provient de l’ancien président de Lenovo, William Amelio :

  • Stratégique : 

Concentrez-vous sur quelques décisions cruciales.
Une décision vaut mieux que pas de décision, mais ne la laissez pas aller trop loin si elle ne fonctionne pas.
Faites confiance à votre intuition.

  • Personnel : 

Communiquez régulièrement et fréquemment les grandes décisions.
Ne tolérez pas les imbéciles.
Constituez une équipe en qui vous pouvez avoir confiance.
Faites confiance à votre intuition.

  • Vous-même : 

Obtenez du feedback tôt et régulièrement, et agissez en conséquence.
Gagnez la confiance des autres.
Gagnez en crédibilité en montrant vos faiblesses.
Vous avez des forces ; utilisez-les.
Faites confiance à votre intuition.

3. Les traders en bourse

L’intuition humaine est extrêmement importante. Car c’est une fonction évoluée fondamentale pour la survie de nos ancêtres. Mais elle peut se tromper.

Par exemple, lors d’un concours annuel organisé par le Wall Street Journal, des équipes se sont affrontées sur la performance de leurs actions. Mais alors que l’une d’entre elles était composée d’un groupe de courtiers experts hautement qualifiés, l’autre était composée d’un groupe de journalistes qui choisissaient leurs actions en lançant une fléchette.

Ainsi, intuitivement, l’expertise devrait gagner.

Et pourtant, il semble que ce ne fut pas le cas dans cette affaire. Le concours a pris fin sans explication, très probablement pour éviter l’embarras des courtiers.

4. Art

En 1983, Gianfranco Becchina a mis en vente une sculpture rare datant du VIe siècle. Et ce pour un prix faramineux de 10 millions de dollars. D’ailleurs, le Getty Museum, après avoir examiné des radiographies, des témoignages d’experts et des documents historiques, a accepté de l’acheter au milieu d’un battage médiatique considérable.

Cependant, lorsque Evelyn Harrison, experte renommée en sculptures grecques, et Thomas Hoving, ancien directeur du Metropolitan Museum of Art, sont arrivés pour admirer la statue, ils ont su, intuitivement, que quelque chose clochait.

En fait, selon Hoving, elle semblait “fraîche”, ce qui était inattendu puisque la statue vieille de 2 000 ans avait été sortie de terre.

Et ils avaient raison. Bien que la sculpture provienne d’un atelier de Rome, elle a été réalisée par un faussaire en 1980, et non par un maître sculpteur de l’Antiquité.

Comment fonctionne l'intuition ? Théories de la psychologie

En fait, l’étude de la prise de décision a un problème.

Et si nous pouvons observer le comportement des gens, même avec les progrès de l’imagerie cérébrale, nous ne pouvons pas encore voir les processus de pensée qui se déroulent en coulisses.

Mais qu’est-ce que la psychologie a à dire sur l’intuition, alors qu’une grande partie de ce qui se passe dans le cerveau est invisible – comme si l’on regardait l’extérieur d’une boîte noire ?

Alors de nombreux scientifiques proposent une théorie à double processus – les processus décisionnels se répartissant entre l’intuitif (expérientiel ou tacite) et l’analytique (rationnel ou délibéré).

Par exemple dans Blink : The Power of Thinking Without Thinking, Malcolm Gladwell (2005) décrit les deux approches différentes comme étant le clignotement, lorsque l’intuition est utilisée, et la réflexion, lorsqu’une analyse est effectuée.

L’intuition (ou le clignement des yeux) fait généralement référence à l’utilisation de connaissances qui ne sont pas explicites et qui, dans la culture populaire, peuvent être décrites comme une “intuition” ou une “intuition féminine”.

Lorsque cela se produit, il est difficile de le quantifier ou de le définir, mais il est là. Comme avec la pensée suivante :

“J’avais le sentiment que quelque chose n’allait pas ; elle ne semblait pas être elle-même.”

intuition féminine
Processus impliqués dans l'intuition

Les recherches menées par Herbert Simon dans les années 1950 sur le concept de rationalité limitée orientent une grande partie des travaux sur l’intuition. Simon a suggéré que les gens prennent souvent des décisions – et réduisent leur charge cognitive – en se basant sur ce qui est suffisamment bon.

Plutôt que d’arriver à des réponses complètes et entièrement correctes, lorsque nous sommes confrontés à des tâches spécifiques, nous avons souvent recours à des heuristiques – ou règles empiriques – qui nous aident à former des jugements intuitifs (Simon, 1955).

L’utilisation d’heuristiques est considérée comme banale et comme l’approche par défaut pour prendre des décisions.

Le processus de reconnaissance – une fonction évoluée fondamentale – est également crucial pour l’intuition. Il semble séparé des autres parties de la mémoire humaine dans le cerveau, capable de persister dans les conditions les plus difficiles avec une précision suffisante à des fins pratiques.

L'intuition semble reposer sur l'automatisation du processus de décision.

Les tâches nouvellement apprises reposent souvent sur des connaissances déclaratives ; nous devons réfléchir consciemment à chaque mouvement ou action. Avec la pratique et l’apprentissage, ces connaissances deviennent automatisées ou procédurales. Ces tâches sont exécutées sans intervention consciente, ce qui permet d’économiser une importante puissance de traitement et de libérer l’esprit pour qu’il se concentre sur des actions plus intensives ou nouvellement acquises.

Les inférences avant et arrière jouent également un rôle essentiel dans l’intuition (Hogarth, 2010). Les connaissances que nous avons acquises par l’expérience nous aident à prédire, intuitivement, où la balle va atterrir ou pourquoi l’enfant a trébuché et à prendre des mesures.

En effet, les vastes connaissances que nous accumulons au fil du temps permettent de faire des prédictions dans le monde réel, ce qui nous permet d’agir rapidement et efficacement dans des situations que la plupart d’entre nous ont déjà rencontrées de nombreuses fois.

L’apprentissage et la récupération sont également très importants pour la réussite des processus intuitifs.

Ayant déjà fait l’expérience d’objets et de scènes, nous sommes très doués pour la comparaison de modèles afin de soutenir notre capacité à décider et à agir rapidement et efficacement.

Par exemple, lorsque nous entrons dans un café, nous reconnaissons une tasse comme un objet que nous avons déjà vu plusieurs fois. Nous comprenons également, intuitivement, qu’elle est susceptible d’être chaude et de se renverser facilement sur une surface irrégulière.

L’intuition semble naître – comme un épiphénomène – de l’interaction de nombreux processus cognitifs distincts, plutôt que d’un seul. Ils se combinent pour fournir une réponse rapide et efficace au moment où elle est le plus nécessaire.

 

Cette capacité est-elle importante?

En un mot, oui.

L’intuition offre une réduction de la charge cognitive globale . Mais aussi de la capacité de réagir instantanément tout en donnant confiance dans nos connaissances. Enfin, elle aide dans notre prise de décision. Et ce, même si elle peut défier l’analyse.

Par exemple, lorsque nous recevons une addition à la fin d’un repas. En effet nous avons généralement une idée intuitive de son coût. Et celle-ci est fondée sur l’expérience. Toutefois, cette intuition peut échouer lorsque nous nous trouvons dans un nouveau Pays. Ou bien que nous n’avons pas réalisé que nous avions choisi par erreur le vin le plus cher de la cave.

En résumé, cette pensée automatique peut bénéficier de l’expérience. Néanmoins elle peut être entravée par elle.

Ainsi, l’intuition nous aide à survivre en fournissant des réponses rapides. Et ce dernières proposent une action appropriée et immédiate. Ainsi, nous pouvons faire face à une situation. Néanmoins, ces réponses reposent en grande partie sur le “capital culturel”. C’est-à-dire sur les connaissances spécifiques à l’environnement dans lequel nous nous trouvons. En clair, vous ne jouez pas avec une boule de cristal!

L'intuition peut-elle nous bloquer?

En effet, cela peut arriver. 

Bien que cela nous aide généralement, cela peut entraîner des biais. Mais aussi par des préjugés dans notre prise de décision. Et ils sont fondés sur la religion, la culture ou l’environnement social. Mais aussi sur le plan moral et même politique . Et il peut être nécessaire de les contrer par une pensée rationnelle.

En effet, “l’intuition peut être éduquée de manière explicite”. Et il suffit de modifier le contenu et l’environnement de notre apprentissage. Ainsi, nous pouvons nous orienter vers des jugements intuitifs plus précis et moins biaisés.

logique ou intuition?

Instinct, logique ou intuition?

En fait cela dépend. En effet, si l’intuition est définie comme le fait de parvenir à la connaissance sans s’appuyer sur la raison. Ou encore sur l’inférence, alors elle diffère de l’instinct. A savoir que ce dernier est câblé. Et c’est une réponse directe et moins flexible aux stimuli.

Par conséquent, l’instinct est une tendance largement à apporter une réponse complexe. Mais aussi une réponse à des stimuli environnementaux sans faire intervenir la raison.

Donc il est susceptible d’engager un traitement moins compliqué ou moins profond. Néanmoins, l’instinct est inné, hérité et ancré dans les circuits de notre cerveau. Et il est résultat de millions d’années d’évolution.

Par exemple, si un lion rugit. Et que je ne suis pas conscient qu’il se tient derrière moi. Alors je saute, je me retourne et, très probablement, je prends la fuite. Ainsi, cette action est plus primitive qu’intuitive ou analytique . Et ce, bien qu’il y ait probablement des nuances de gris.

Et la logique dans tout cela ?

La logique est analytique. En fait elle est l’examen rationnel d’un problème. Par exemple pour remplir nos déclarations d’impôts, nous devons répondre à chaque question. Mais aussi remplir chaque case. Puis consulter des feuilles de calcul, des notes autocollantes ou des boîtes de reçus. Donc il est peu probable que les conseillers fiscaux remplissent un formulaire en utilisant une intuition. Et encore moins sur le montant que nous devons.

Son rôle dans la prise de décision

En effet, nous n’avons pas conscience de nos décisions quotidiennes. cependant il est probable qu’elles soient un mélange de pensée intuitive et délibérée.

Et le rôle de l’intuition ne semble pas être différent dans nos processus de pensée quotidiens que dans les décisions.

En effet, la prise de décision intuitive se fonde sur nos expériences passées. Par conséquent, sur des succès répétés dans des situations similaires. Ainsi les résultats et les apprentissages précédents étaient utiles et précis.

Cependant iL est un important de noter une chose. En effet, lorsque la situation actuelle ou future est sensiblement différente, nous devons utiliser notre intuition avec prudence. Car sans analyse rationnelle, toute décision prise pourrait être au mieux inefficace, au pire dangereuse.

Mais il arrive qu’elle fonctionne bien. Même quand les contraintes de temps sont strictes. Et l’intuition peut permettre une réflexion rapide et ciblée. Par exemple, le bateau coule ou la bombe fait tic-tac. Aussi lorsqu’il y a du temps pour délibérer. Par exemple comment s’attaquer au réchauffement climatique ou au racisme ? Alors nous devons nous appuyer sur une analyse rationnelle, fondée sur des preuves.

intuition et créativité

Le lien entre l'intuition et la créativité

En fait, la créativité, comme l’intuition, peut être difficile à définir.

Cependant, elles semblent toutes deux impliquer la transformation d’idées en quelque chose de tangible. Mais aussi quelque chose de nouveau et de précieux. Par exemple pour communiquer des idées et résoudre des problèmes.

Ainsi, nous arrivons à l’idée que l’intuition est perceptive. Car elle relie inconsciemment des éléments d’information disparates. Et cela suggère une interaction considérable avec la créativité. En résumé, l’intuition et la créativité semblent toutes deux, avoir un lien entre elles. De plus, elles semblent combiner des données provenant de sources multiples en quelque chose de cohérent.

Ouvrage recommandé sur l'intuition:

Développez votre intuition

L’intuition est une capacité universelle : à l’instar de la musique ou d’une langue étrangère, elle se travaille et se cultive pour devenir un guide intérieur, un phare qui nous éclaire et nous accompagne sur notre chemin de vie.Dans ce livre, Marie-Estelle Couval et Alexis Champion vous emmènent à la découverte de votre intuition. Forts de leur solide expérience de formateurs, ils vous présentent une méthode rigoureuse et efficace pour accéder, pas à pas, à votre potentiel intuitif. 

Partagez sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Donnez votre avis