Les runes, un art divinatoire scandinave

  NEWS

runesLes runes sont des pierres avec des symboles alphabétique d’origine celtique. Etymologiquement le mot Rune signifie « mystère » ou « chuchotement ». Cet alphabet scandinave appelé « le Futhark » est composé de 20 lettres.

Les premiers systèmes d’écriture développés et utilisés par les Nordiques et d’autres peuples germaniques étaient des alphabets runiques. Les runes fonctionnaient comme des lettres, mais elles étaient bien plus que de simples lettres dans le sens où nous comprenons aujourd’hui le terme. Chaque rune était un symbole idéographique ou pictographique d’un principe ou d’un pouvoir cosmologique, et écrire une rune revenait à invoquer et à diriger la force qu’elle représentait.

Les origines de runes

Alors que les runologues discutent de nombreux détails sur les origines historiques de l’écriture runique, il existe un large consensus sur un schéma général. Les runes sont supposées avoir été dérivées de l’un des nombreux alphabets italiques anciens en usage chez les peuples méditerranéens du premier siècle de notre ère, qui vivaient au sud des tribus germaniques. Les symboles sacrés germaniques antérieurs, tels que ceux préservés dans les gravures rupestres d’Europe du Nord, ont également probablement eu une influence sur le développement de l’écriture.

tirage des runes

La plus ancienne inscription runique que nous connaissions se trouve sur la broche de Meldorf, qui a été fabriquée dans le nord de l’Allemagne actuelle vers l’an 50 de notre ère. L’inscription est cependant très ambiguë et les spécialistes sont divisés sur la question de savoir si ses lettres sont runiques ou romaines. Les plus anciennes inscriptions runiques non ambiguës se trouvent sur le peigne de Vimose, au Danemark, et sur le fer de lance Øvre Stabu, dans le sud de la Norvège, qui datent tous deux d’environ 160 de notre ère. La plus ancienne gravure connue de l’ensemble du futhark (alphabet), dans l’ordre, se trouve sur la pierre Kylver de Gotland, en Suède, qui date d’environ 400 de notre ère.

 

La pratique des runes et leur fonctionnement

Chaque rune avait un nom qui faisait allusion à la signification philosophique et magique de sa forme visuelle et du son qu’elle représente, qui était presque toujours le premier son du nom de la rune. Par exemple, la rune T, appelée Tiwaz dans la langue proto-germanique, est nommée d’après le dieu Tiwaz (connu sous le nom de Tyr à l’époque des Vikings).

Tiwaz était perçu comme habitant le ciel diurne, et, par conséquent, la forme visuelle de la règle T est une flèche pointée vers le haut (ce qui laisse sûrement aussi entrevoir le rôle important du dieu dans la guerre). La Règne-T était souvent sculptée comme un idéogramme autonome, en dehors de l’écriture d’un mot particulier, dans le cadre des sorts jetés pour assurer la victoire au combat.

Alphabet runique FURTHARK
Alphabet runique FURTHARK

Il existe trois principaux futarques : le Futhark ancien à 24 caractères, le premier alphabet runique complet, dont le développement avait commencé au premier siècle de notre ère et s’était achevé avant l’an 400 ; le Futhark plus jeune à 16 caractères, qui a commencé à diverger du Futhark ancien vers le début de l’ère viking et qui a fini par remplacer cet alphabet plus ancien en Scandinavie ; et le Futhorc anglo-saxon à 33 caractères, qui a progressivement évolué et s’est ajouté à l’Elder Futhark en Angleterre. Sur certaines inscriptions, les vingt-quatre runes de l’Elder Futhark étaient divisées en trois ættir (vieux norrois, “familles”) de huit runes chacune, mais la signification de cette division est malheureusement inconnue.

Traditionnellement, les runes étaient gravées sur de la pierre, du bois, de l’os, du métal ou une surface dure similaire plutôt que dessinées à l’encre et à la plume sur un parchemin. Cela explique leur forme anguleuse et tranchante, qui convenait bien à ce support.

Une grande partie de nos connaissances actuelles sur les significations que les anciens peuples germaniques attribuaient aux runes provient des trois “poèmes runiques”, des documents d’Islande, de Norvège et d’Angleterre qui fournissent une courte strophe sur chaque rune dans leurs futarks respectifs (le Futhark le plus jeune est traité dans les poèmes runiques islandais et norvégiens, tandis que le Futhorc anglo-saxon est abordé dans le poème runique du vieil anglais).

Signification des runes

Cette section fournit le signe, le nom, le phonème (son) et une brève description de la signification de chacune des vingt-quatre runes qui composent le Futhark ancien.

Les significations données sont basées exclusivement sur les poèmes runiques médiévaux (qui sont commodément disponibles en ligne ici). Lorsque nos connaissances actuelles ne sont pas assez étendues pour donner une explication dont on peut être raisonnablement certain, cela est noté et la signification est laissée inexpliquée ou n’est que partiellement expliquée.

Cet article n’est guère le lieu pour des spéculations ésotériques, qui ont été évitées. (Si vous souhaitez aller au-delà des preuves et utiliser des moyens moins académiquement acceptables pour discerner d’autres significations des runes, vous devez le faire vous-même.

Nom : Fehu, “bétail”. Phonème : F. Signification : richesse.

runes uruz

Nom : Uruz, “aurochs”. Phonème : U (long et/ou court). Signification : force de volonté.

Thurisaz runes

Nom : Thurisaz, “Géant”. Phonème : Th (à la fois doux et dur). Signification : danger, souffrance.

ansuze rune

Nom : Ansuz, “un dieu Aesir”. Phonème : A (long et/ou court). Signification : prospérité, vitalité.

runes raidho

Nom : Raidho, “voyage à cheval”. Phonème : R. Signification : mouvement, travail, croissance.

Nom : Kaunan, “ulcère”. Phonème : K. Signification : mortalité, douleur.

Nom : Gebo, “cadeau”. Phonème : G. Signification : générosité.

tirage runes wunjo

Nom : Wunjo, “joie”. Phonème : W. Signification : joie, extase.

Nom : Hagalaz, “grêle”. Phonème : H. Signifie : destruction, chaos.

naudiz runes

Nom : Naudhiz, “besoin”. Phonème : N. Signifie : besoin, désir inassouvi.

isaz

Nom : Isaz, “ice”. Phonème : I (long et/ou court). Signification : inconnue (les poèmes runiques sont ambigus et contradictoires).

jera runes

Nom : Jera, “année”. Phonème : J germanique, Y anglais moderne. Signification : récolte, récompense.

Eihwaz runes

Nom : Eihwaz, “if”. Phonème : Je prononce comme “Eye”. Signification : force, stabilité.

Sowilo runes

Nom : Sowilo, “soleil”. Phonème : S. Signification : succès, réconfort.

 

tiwaz voyance tirage rune

Nom : Tiwaz, “le dieu Tiwaz”. Phonème : T. Signifie : victoire, honneur.

 

voyance sérieuse par téléphone

Nom : Berkanan, “bouleau”. Phonème : B. Signification : fertilité, croissance, subsistance.

 

rune-ehwaz

Nom : Ehwaz, “cheval”. Phonème : E (long et/ou court). Signification : confiance, foi, compagnonnage.

 

 

Nom : Mannaz, “homme”. Phonème : M. Signification : augmentation, soutien.

 

 

Nom : Laguz. Phonème : L. Signification : l’informe, le chaos, la potentialité, l’inconnu.

 

ingwaz rune

Nom : Ingwaz, “le dieu Ingwaz”. Phonème : Ng. Signification : la fécondation, le début de quelque chose, l’actualisation du potentiel.

 

 

othalan voyance scandinave runes

Nom : Othalan, “héritage”. Phonème : O (long et/ou court). Signification : héritage, patrimoine, tradition, noblesse.

 

 

dagaz

Nom : Dagaz, “jour”. Phonème : D. Signification : espoir, bonheur.

 

 

Partagez sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Donnez votre avis