Ésotérisme : Définition et pratiques en détail

  NEWS

Le terme “ésotérisme” est utilisé par les praticiens depuis la fin du 18e siècle. Notamment pour décrire des idées et des pratiques non hégémoniques. Ainsi, les idées à l’origine de ce terme
étaient principalement des idées chrétiennes – ou des idées provenant d’autres sources. Par exemple, des idées païennes, interprétées par des chrétiens. Au 20ème siècle, le terme ésotérisme est devenu un concept scientifique en Europe occidentale et en Amérique du Nord.

L’ésotérisme fait référence à la connaissance qui est secrète ou qui n’est pas généralement connue.  En clair, il s’agit d’un savoir réservé aux personnes avancées, privilégiées ou initiées. Mais aussi d’un savoir de nature “intérieure”, par opposition au savoir exotérique, qui est bien connu ou public. Ainsi, Il est utilisé notamment pour décrire des points de vue mystiques, occultes et spirituels.

ésotérisme

Histoire de l'ésotérisme

L’ésotérisme (parfois écrit esoterism) est apparu pour la première fois dans l’ouvrage Histoire critique du gnosticisme et de ses influences. Il fut publié en 1828 par le martiniste Jacques Matter (1791-1864). Et c’est plus tard que, Eliphas Lévi, a rendu commun l’usage des termes “ésotérisme” et “occultisme”. Ainsi, les deux termes ont fini par devenir à la mode grâce aux écrits d’Helena Petrovna Blavatsky. Puis par d’autres personnalités de la Société théosophique dans le dernier quart du 19e siècle et au début du 20e siècle. D’ailleurs, c’est grâce à ces auteurs, que ce terme acquiert un sens de connaissance et d’expérience “intérieures” : connaissance relative à l’âme, à l’esprit ou à la psyché

Un excellent exemple d’une catégorie historiquement très sélective d’enseignement de l’ésotérisme se trouve dans la discipline académique de la philosophie. Et ce,en particulier, la philosophie de l’esprit. D’ailleurs les enseignants maintiennent la sélectivité en limitant leur champ d’action aux collèges et aux universités. Ainsi, Cette discipline ne s’est pas concentrée entièrement sur la pensée ésotérique. Mais suffisamment pour que le terme “connaissance philosophique” puisse généralement être utilisé à la place de “connaissance ésotérique” lorsqu’il s’agit de connaissances relatives aux mêmes aspects “intérieurs” énumérés ci-dessus. L’Oxford English Dictionary donne comme principale définition du terme ésotérisme “des doctrines philosophiques”. Bien que les philosophes modernes évitent généralement le terme “ésotérique” en raison de ses associations négatives avec l’occulte, comme décrit ci-dessous.

L’ére moderne

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, la discipline de la psychologie s’est détachée de la philosophie. Ainsi, la nature “intérieure” de la philosophie a été délaissée au profit de la nature plus empirique, pratique et exotérique de la science et de la médecine. Er c’est ironiquement, que cette évolution a été menée par Sigmund Freud et Carl Jung. Car ils ont tous deux manifesté en privé un grand intérêt pour l’occulte et l’ésotérisme.

L'ésotérisme dans l'usage courant

Dans les sociétés occidentales d’aujourd’hui, ce terme est couramment utilisé dans le sens de “l’occulte”. Cependant, il comporte moins de connotations péjoratives. Le terme descriptif “ésotérique”, en léger contraste, a fini par désigner toute connaissance difficile à comprendre ou à retenir. Par exemple, la physique théorique, ou les détails d’une discipline particulière, comme les statistiques “ésotériques” d’un sport. D’ailleurs, le terme “ésotérique” ne fait pas nécessairement référence à l'”ésotérisme” en soi, au sens de connaissances, de disciplines ou de pratiques “intérieures”. Et c’est pourquoi les “ésotéristes” choisissent généralement de se désigner par un terme plus spécifique lié à leur discipline (comme gnostique, kabbaliste, soufi, mystique, etc.).

Certains enseignements actuels choisissent de s’appeler eux-mêmes des formes d'”ésotérisme” parce qu’ils se concentrent sur les aspects “intérieurs” de l’expérience. Par exemple, la transformation de soi ou les significations “intérieures” des textes religieux (comme le christianisme ésotérique et “l’œuvre” de G.I. Gurdjieff). Ainsi, diverses traditions passées pourraient être classées comme des formes d'”ésotérisme” en raison de leur orientation “intérieure”. Par exemple le martinisme, qui a été (sans doute) l’un des mouvements “occultes” les plus influents depuis le siècle des Lumières.

Nuances

L’ésotérisme recoupe largement l’occultisme, qui signifie simplement “connaissance cachée”. Cependant, au XXe siècle, de nombreux ésotéristes évitent ce dernier terme en raison des connotations négatives qui lui sont associées. Par exemple, la présomption qu’il implique le culte du diable ou la magie noire. Et pour la même raison, de nombreux opposants (principalement chrétiens) à ces pratiques préfèrent le terme “occultisme”

A savoir qu’Il existe également de nombreux chevauchements entre l’ésotérisme et le mysticisme. Cependant, de nombreuses traditions mystiques ne tentent pas d’introduire des connaissances spirituelles supplémentaires. Mais elles cherchent plutôt à concentrer l’attention ou les prières du croyant plus fortement sur l’objet de dévotion. Ainsi, le moine trappiste Thomas Merton est peut-être un mystique, mais probablement pas un ésotériste.

Enfin, culturellement parlant, de nombreux adeptes du satanisme appartiennent probablement à la catégorie générale de l’ésotérisme. Cependant, ils sont évincés par pratiquement tous les autres. Et, de ce fait, leurs relations mutuelles sont également tendues. L’ésotérisme a des liens beaucoup plus profonds avec le christianisme. Bien que les groupes chrétiens conservateurs puissent être mal à l’aise avec les formes que ce christianisme a prises.

MAGIE ET SORCELLERIE

Les thèmes ésotériques

Qu’enseigne, en résumé, l’ésotérisme ? Aucune réponse ne pourrait rendre justice à la myriade de groupes qui se regroupent sous ce nom. Cependant, nous pouvons nous risquer à quelques exemples représentatifs :

Thèmes courants

Le déconstructionnisme prend des écrits philosophiques classiques et des concepts qui semblaient autrefois clairs. Et il les dissèque petit à petit. Le tout, en se concentrant sur le langage et la syntaxe. Il en résulte de nouvelles variantes qui sont censées révéler de nouvelles idées. Et ce, bien que le processus et le résultat soient ésotériques.

La Kabbale conserve des traditions décrivant l’origine et la destinée de l’humanité. Mais aussi celle de l’univers, ainsi que des pratiques visant à nous ramener, nous et le monde, à nos véritables stations. En effet, il s’agit de préoccupations religieuses typiques, qui, dans ce cas, sont parallèles aux enseignements et aux pratiques du judaïsme traditionnel ou les amplifient.

Le gnosticisme est une forme d’ésotérisme qui enseigne que ce monde n’est pas notre vraie maison . Ainsi, en voyant à travers l’illusion et en réalisant notre vraie nature, nous pouvons nous échapper et retourner dans le monde de l’esprit.

Le taoïsme cherche à préserver les pensées des anciens Chinois. Ainsi, il vise à atteindre l’équilibre (yin/yang) avec la nature. Les ouvrages classiques comprennent le Daodejing, qui a fortement influencé une grande partie de l’ésotérisme de l’Asie de l’Est. Et les commentateurs taoïstes ont été très impressionnés par les premières lignes de l’ancien Daodejing, qui peuvent être traduites.

Le spiritisme met l’accent sur le confort d’une expérience directe de l’au-delà par le biais d’une communion avec les fantômes.

OFFRE DE BIENVENUE

VOYANCE SÉRIEUSE

ARTICLES RECENTS

Partagez sur
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Donnez votre avis