Karma: Définition et exercices pratiques

  NEWS

karmaAfin de s’apporter un bon karma, il faut être bon non seulement dans sa vie mais aussi dans celle des autres. Ce facteur ne frappe pas beaucoup d’entre nous. Dans notre article précédent, nous avons examiné quelques moyens simples de créer un bon karma. Découvrons quelques facteurs plus intéressants avec lesquels vous pouvez faire naître un bon karma autour de vous. Le karma est le reflet d’une personne. Il est comme un miroir qui reflète ce que nous sommes vraiment. Nos actes, nos actions et nos paroles définissent le type de personne que nous sommes et le type de karma que nous invitons pour nous-mêmes. Malgré tout cela, beaucoup d’entre nous finissent par créer leur propre pot de misère. Alors, qu’est-ce qui crée un bon karma ? Lorsque nous disons que nous ne faisons jamais rien de mal, cela signifie-t-il que nous avons un bon karma accumulé qui nous attend ? Non. Le motif ne doit pas se limiter à être bon. Afin de s’apporter un bon karma, il faut être bon non seulement dans sa vie mais aussi dans celle des autres. Ce facteur ne frappe pas beaucoup d’entre nous. Dans notre article précédent, nous avons examiné quelques moyens simples de créer un bon karma. Découvrons quelques facteurs plus intéressants avec lesquels vous pouvez faire naître un bon karma autour de vous.

Quelles sont les 12 lois du karma ?

Tout est énergie, y compris vos pensées et vos émotions, qui sont de l’énergie en mouvement. Donc, en substance, tout ce que vous faites crée une énergie correspondante qui vous revient sous une forme ou une autre. Simplement, tout ce que vous faites crée une conséquence positive ou négative.

Utiliser le karma comme un ensemble de directives puissantes pour votre vie peut vous inciter à être plus attentif à vos pensées, vos actions et vos actes avant de prendre des décisions.

En gardant cela à l’esprit, considérez les lois du karma comme des lignes directrices à suivre dans votre vie quotidienne. Les 12 lois du karma peuvent vous aider à comprendre comment le karma fonctionne réellement et comment créer un bon karma dans votre vie.

Examinons chacune de ces lois plus en détail.

 1. La grande loi ou la loi de cause à effet

Lorsque la plupart des gens parlent de karma, ils font probablement référence à la grande loi de cause à effet. Selon cette loi, quelles que soient les pensées ou l’énergie que vous déployez, vous en revenez – bonnes ou mauvaises. Pour obtenir ce que vous voulez, vous devez incarner et être digne de ces choses. C’est le concept de ce que vous récoltez, vous semez.

 2. La loi de la création

La loi de la création souligne l’importance que la vie ne nous arrive pas qu’à nous. Pour faire bouger les choses dans votre vie, vous devez agir, au lieu d’attendre que quelque chose se produise comme par magie.Vous êtes le co-créateur de ce que vous voulez, en fonction de vos intentions. Vous êtes responsable de votre Karma.

Demandez ce que vous devez libérer pour pouvoir créer un espace pour la chose que vous souhaitez faire apparaître.

Réfléchissez également à la manière dont vous pouvez utiliser vos compétences, vos talents et vos forces pour créer quelque chose qui ne vous profite pas seulement à vous, mais aussi aux autres.

 3. La loi de l’humilité

La loi de l’humilité est basée sur le principe que vous devez être suffisamment humble pour accepter que votre réalité actuelle est le résultat de vos actions passées. C’est bon pour le Karma. Par exemple, si vous blâmez vos collègues pour vos mauvaises performances au travail, vous devez accepter que vous avez créé cette réalité en n’étant pas aussi performant que vous auriez pu l’être.

 4. La loi de la croissance

La croissance commence en nous. Pour façonner le monde de manière positive, il faut commencer par soi-même. En effet, le véritable changement ou la croissance personnelle commence par ce sur quoi vous avez le contrôle, c’est-à-dire vous-même, et non les autres. Votre Karma vous est propre. Donc à vous de travailler sur votre personne.

La loi de la croissance s’intéresse également aux choses que vous ne pouvez pas contrôler et à la façon dont vous acceptez ce destin. En fin de compte, vous devez vous concentrer sur vous, et non pas essayer de contrôler les gens ou les choses qui vous entourent

 5. La loi de la responsabilité

Jodie Truong, professeur de yoga basé sur l’Ile de Saint-Martin, aux Antilles dit que la loi de la responsabilité est sa loi préférée pour enseigner en classe.

“C’est un rappel que ce qui vous arrive dans la vie vous appartient. C’est un excellent rappel que ce qui vous arrive, c’est grâce à vous. Cela élimine la possibilité pour vous de regarder vers l’extérieur pour trouver la cause de vos problèmes”, explique Jodie.

Elle aime utiliser cela pour décrire la loi du karma de la responsabilité : “Vous êtes le produit des choix que vous faites.”

 6. La loi de la connexion

Cette loi repose sur le principe selon lequel tout dans votre vie, y compris votre passé, votre présent et votre avenir, est lié. Ce que vous êtes aujourd’hui est le résultat de vos actions passée.Et ce que vous serez demain, et donc votre Karma, sera le résultat de vos actions d’aujourd’hui.

 7. La loi de la focalisation

Se concentrer sur trop de choses à la fois peut vous ralentir et conduire à la frustration et à la négativité. C’est pourquoi la loi de la focalisation vous encourage à vous concentrer sur une chose à la fois, ceci n’en sera que plus bénéfique pour votre Karma. Si vous vous concentrez sur des valeurs supérieures comme l’amour et la paix, vous risquez moins d’être distrait par de lourds sentiments de ressentiment, d’avidité ou de colère.

 8. La loi du don et de l’hospitalité

Pour avoir un bon Karma, vous devez donner aux choses auxquelles vous croyez. Cette loi vous aide à comprendre l’importance de vos actions, qui reflètent votre spiritualité la plus profonde.

Par exemple, si vous voulez vivre dans un monde pacifique, vous devez vous concentrer sur le fait de cultiver la paix pour les autres

 9. La loi d’ici et maintenant

Avoir un bon Karma découle de l’esprit serein, et pour avoir l’esprit tranquille, il faut embrasser le présent. Cela ne peut se produire que si vous vous libérez des pensées ou des comportements négatifs de votre passé. Si vous vous concentrez trop sur les événements passés, vous continuerez à les revivre. Un des exercices pour entrer en contact avec l’ici et maintenant est de s’enraciner dans vos sens.

Regardez dans la pièce où vous vous trouvez, concentrez-vous sur quelque chose, clignez des yeux et dites “Je suis ici”.

 10. La loi du changement

Selon ce principe, l’histoire continuera à se répéter jusqu’à ce que vous tiriez les leçons de l’expérience et preniez des mesures pour faire quelque chose de différent afin d’arrêter le cycle. Le changement vous donne une nouvelle voie pour que vous puissiez créer un nouvel avenir et une meilleure version de vous-même, libérés des schémas du passé. Vous aurez donc un bon Karma.

 11. La loi de la patience et de la récompense

Pour générer des changements à l’avenir, nous devons être cohérents dans nos actions karmiques aujourd’hui. Il ne sert à rien de vivre sainement un jour et de le saboter le lendemain. Cela ne servira pas votre Karma.

Soyez cohérent dans vos objectifs, et ils se réaliseront.

 12. La loi de la signification et de l’inspiration

Nous jouons tous un rôle et avons quelque chose à apporter à ce monde. Ce que nous partageons peut parfois nous sembler petit, mais peut faire une énorme différence dans la vie de quelqu’un d’autre. Nous n’agissons pas seulement pour notre Karma.

La loi de l’importance et de l’inspiration est une grande loi sur laquelle il faut se concentrer lorsque vous avez besoin d’un coup de pouce de motivation ou que vous commencez à avoir l’impression de ne pas avoir de but ou d’importance.

Selon cette loi, chaque contribution que vous apportez aura un impact sur le monde. Vous êtes né avec un don, une mission et un but spécifiques que vous seul pouvez apporter au monde grâce à votre caractère unique. Vous êtes ici pour partager authentiquement vos compétences et vos dons. Plus vous le ferez, plus vous aurez un bon Karma.

EN RÉSUMÉ

Les 12 lois du karma peuvent servir de ligne directrice ou de feuille de route à suivre dans votre vie quotidienne. Ces lois peuvent vous aider à comprendre comment le karma fonctionne réellement, et l’effet que vos pensées et vos actions peuvent avoir sur vous et sur le monde qui vous entoure.

Utiliser le karma comme un ensemble de lignes directrices dans votre vie peut vous inciter à être plus attentif à vos pensées, vos actions et vos actes avant de prendre une décision.

Des moyens faciles pour stimuler le bon karma

 1. Pratiquez ce que vous prêchez

Plus facile à dire qu’à faire ; pratiquer ce que vous prêchez n’est pas chose courante de nos jours. Nous nous asseyons souvent en groupe et discutons de ce qu’une personne doit faire et de la façon dont elle doit réagir aux situations. Au lieu de rester assis et de discuter avec les autres, essayez d’abord d’intégrer les mêmes points en vous. Cela permettra non seulement de remplir votre sac de bonnes actions, mais aussi de guider les autres vers une voie positive. Le fait d’intégrer vos pensées positives dans vos actions vous apportera un bon karma.

 2. Pardonnez et laissez-vous aller

Dans notre vie quotidienne, nous rencontrons beaucoup de gens et de choses. Nous avons tendance à pointer du doigt les erreurs des autres et à remettre en question leurs intentions. Ce faisant, nous oublions que nous pouvons aussi être à leur place. Ainsi, un jour, lorsque vous serez à l’origine d’une erreur, vous comprendrez tout à coup les raisons pour lesquelles un travail n’est pas bien fait. Comme c’est pratique, n’est-ce pas ? La prochaine fois que vous aurez le sentiment qu’une personne a fait quelque chose de mal, réalisez d’abord que tout le monde fait des erreurs et souvenez-vous toujours que vous le pouvez aussi ; et ensuite, réagissez seulement à une situation. Pardonner est excellent pour le Karma.

pardonner

 3. Méditez

Chaque jour, lorsque nous rencontrons et communiquons avec différents types de personnes, nous avons tendance à échanger certaines vibrations. Celles-ci peuvent être bonnes ou mauvaises, vous ne le saurez jamais avant le temps ! Ainsi, interagir avec une personne ayant un état d’esprit négatif va, sans que vous ou elle le sachiez, en transférer une partie sur vous et donc sur votre Karma.

De même, lorsque vous rencontrerez une personne qui a une approche positive de la vie, vous ressentirez cette force et cette positivité en vous. Lorsque la négativité prend place dans votre esprit, les mauvaises pensées et les sentiments deviennent plus forts. Aujourd’hui, il n’est pas toujours possible d’arrêter de parler aux gens simplement parce que vous pensez qu’ils transmettent des vibrations négatives, en fait la plupart du temps, vous ne le savez même pas. Tout ce que vous devez faire, c’est méditer. Laissez sortir toutes les énergies négatives et ouvrez vous à la positivité du monde. Un esprit positif crée un monde magnifique autour de vous. Vous alimenterez votre bon Karma.

 4. Donnez avant d’attendre.

Nous avons tous appris que le partage est une bonne action et qu’il faut toujours être ouvert à cette idée. Nos parents nous ont appris cela dès notre plus jeune âge. La plupart d’entre nous croient aussi au partage, mais le concept est un peu différent ici. L’acte de partage s’est transformé en un échange de concessions. Revoyons le concept. Supprimez la participation et concentrez-vous sur le don. Cette attitude vous aidera à créer une paix intérieure et une croissance. Apportez un bon karma en levant la main sans calculer ce que vous recevrez en retour, car ce que vous recevrez par cet acte a plus de valeur que tout : un bon karma et une tranquillité d’esprit.

 5. Soyez l’épaule sur laquelle pleurer

Soyez toujours là pour toute personne qui est dans le besoin, c’est excellent pour votre Karma. Être là pour quelqu’un ne signifie pas toujours aider une personne en difficulté ou prêter de l’argent à un ami. Être là pour aider quelqu’un qui traverse un traumatisme émotionnel, c’est ce dont il s’agit ici. Soyez l’oreille qui entend les non-dits. Beaucoup de gens sont inexpressifs autour de nous, ils ont besoin d’aide, ils veulent partager leurs sentiments ou certaines situations qu’ils vivent. Soyez là pour ces personnes. Écoutez-les et donnez-leur le sentiment qu’ils ne sont pas seuls. Donnez-leur de la force et ramenez le bon karma chez vous !

 

Le Karma détaillé 

Karma, Sanskrit karman (“acte”), Pali kamma, dans la religion et la philosophie indiennes, la loi causale universelle par laquelle les bonnes ou mauvaises actions déterminent les modes futurs de l’existence d’un individu. Le karma représente la dimension éthique du processus de renaissance (samsara), dont la croyance est généralement partagée par les traditions religieuses de l’Inde. Les sotériologies indiennes (théories du salut) postulent que les naissances et les situations de vie futures seront conditionnées par les actions accomplies au cours de la vie présente, elle-même conditionnée par les effets cumulés des actions accomplies dans les vies antérieures. La doctrine du karma oriente donc les adeptes des religions indiennes vers leur objectif commun : la libération (moksha) du cycle de la naissance et de la mort. 

Le karma remplit donc deux fonctions principales dans la philosophie morale indienne : il fournit la principale motivation pour vivre une vie morale, et il sert d’explication principale de l’existence du mal.

Le Karma dans l’histoire

Dérivé du mot sanskrit karman, qui signifie “acte”, le terme karma n’avait aucune signification éthique dans ses premiers usages spécialisés. Dans les textes anciens (1000-700 avant JC) de la religion védique, le karma désignait simplement l’action rituelle et sacrificielle. Cependant, au fur et à mesure que la théologie sacerdotale du sacrifice a été articulée par les prêtres brahmanes au cours des siècles suivants, l’action rituelle en est venue à être considérée comme efficace par elle-même, indépendamment des dieux. Le karma en tant que rituel fonctionnait de manière autonome et selon une loi rituelle cosmique.

Les premières preuves de l’expansion du terme dans un domaine éthique sont fournies dans les Upanishads, un genre des Vedas (écritures sacrées) qui s’intéressent à l’ontologie, ou à l’étude philosophique de l’être. Au milieu du 1er millénaire avant J.-C., le théologien védique Yajnavalkya a exprimé une croyance qui est devenue plus tard courante mais qui était considérée comme nouvelle et ésotérique à l’époque : “Un homme se transforme en quelque chose de bon par une bonne action et en quelque chose de mauvais par une mauvaise action.

karma définition

” Bien que dans la tradition rituelle védique, les “bonnes actions” et les “mauvaises actions” aient pu inclure à la fois des actes rituels et moraux, cet aspect moral du karma a de plus en plus dominé le discours théologique, en particulier dans les religions du bouddhisme et du jaïnisme, qui ont émergé vers le milieu du 1er millénaire avant Jésus-Christ. Ces deux religions ont adopté des modes de vie ascétiques et ont rejeté les préoccupations rituelles des prêtres brahmanes.

Le lien entre les dimensions rituelles et morales du karma est particulièrement évident dans la notion de karma en tant que loi causale, communément appelée “loi du karma”. De nombreuses traditions religieuses – notamment les religions abrahamiques qui ont vu le jour au Moyen-Orient (judaïsme, christianisme et islam) – placent la récompense et la punition des actions humaines entre les mains d’un législateur divin.

En revanche, les traditions classiques de l’Inde – hindouisme, bouddhisme et jaïnisme, tout comme la théologie sacrificielle védique qui les a précédées – considèrent que le karma fonctionne selon une loi causale autonome. Aucune volonté divine ou agent extérieur n’intervient dans la relation de l’acte moral à son résultat inévitable. La loi du karma représente donc une théodicée nettement non théiste, ou une explication de la raison pour laquelle il y a du mal dans le monde.

 

Le Jugement des actes

Une fois le juge divin retiré de l’équation, une nouvelle question se pose : dans une séquence causale, comment un acte peut-il produire un effet à un moment futur très éloigné de l’exécution de l’acte ? Les différentes philosophies morales indiennes apportent des réponses différentes, mais toutes reconnaissent une sorte de résidu karmique résultant de l’acte initial. Le jaïnisme, par exemple, considère le karma comme une substance particulaire fine qui se dépose sur l’âme (jiva) de celui qui commet des actes immoraux ou a des pensées immorales, la rendant impure et lourde et l’engluant dans le monde matériel de la renaissance.

 

karma

La tradition rituelle védique

La tradition rituelle védique qui a précédé l’hindouisme a apporté le concept de l’apurva, la puissance latente créée dans l’âme par les actions rituelles et morales. Tout comme une graine, l’apurva germe dans de nouvelles réalités dans un avenir lointain. D’autres traditions – par exemple le yoga et le bouddhisme – fournissent des explications psychologiques dans lesquelles les résidus karmiques produisent des tendances dispositionnelles (samskaras) et des traces psychologiques (vasanas) qui déterminent les naissances futures et les traits de personnalité d’un individu. Chacun de ces exemples montre comment le concept de karma a permis de jeter un pont entre la cause et l’effet séparés par le temps.

Peut-on transférer son bon Karma à une autre personne?

La doctrine du karma implique que le karma d’une personne ne peut pas avoir d’effet sur l’avenir d’une autre personne. Pourtant, si le karma est en théorie spécifique à chaque individu, de nombreux aspects des religions indiennes reflètent la croyance largement répandue selon laquelle le karma peut être partagé. Par exemple, la doctrine du transfert du mérite, selon laquelle une personne peut transférer son bon karma à une autre, se retrouve tant dans le bouddhisme que dans l’hindouisme.

Hindouisme offrandes

Les offrandes ancestrales et autres rituels pour les défunts montrent que les actes accomplis par les vivants sont censés influencer le bien-être des morts. Enfin, les activités pieuses, y compris les pèlerinages, sont souvent effectuées au profit de parents vivants ou décédés.

Partagez sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Donnez votre avis